LA SOPHROLOGIE

 

Le mot Sophrologie vient du grec : Sos signifie tranquille, serein. Phren signifie cerveau, conscience. Logos signifie étude, science.

La Sophrologie est l’étude des techniques permettant d’obtenir la sérénité de l’esprit.

Elle a été mise au point par le Docteur Alfonso Caycedo, neuropsychiatre colombien, dans les années 1960. Dès le début des années 1970, la Sophrologie prend une place importante au sein des thérapies par la relaxation grâce à un large éventail de techniques :
 
L'enracinement pour améliorer l’équilibre physique et mental. 
La Sophrologie grâce à une action positive sur les plans physique, émotionnel et mental, est une méthode structurante. L’ancrage corporel (enracinement) est la porte d’entrée de la plupart des séances de sophrologie. C’est à partir d’une posture stable que l’on développe en soi l’équilibre et la force. La sensation d’enracinement amplifie la stabilité intérieure. Le corps et l’esprit ne faisant qu’un, le fait d’être stable physiquement nous rend stable émotionnellement et mentalement.
 
Le travail sur la sensorialité pour une meilleure intégration du schéma corporel.
La pratique de la sophrologie s’appuie en tout premier lieu sur un travail corporel. Les exercices dynamiques, la sophronisation (relâchement physique et mental) nous aident :
- à renouer avec notre corporalité, 
- à réduire les sensations négatives, 
- à développer les sensations positives, 
- à se centrer sur le corps plutôt que sur les pensées parasites,
- à vivre l’instant présent au lieu d’être happé par des images ou souvenirs douloureux ou projeté dans un futur négatif. 
 
La relaxation dynamique : comment dynamiser son corps pour mieux le vivre au quotidien.
En s’inspirant du yoga dynamique du sud de l’Inde, Alfonso Caycedo a tout d’abord conçu la relaxation dynamique du 1er degré. Il existe plusieurs dizaines de mouvements, chacun ayant une action spécifique :
- sur les muscles (étirer, relâcher…), 
- sur le souffle (faciliter l’expiration, l’inspiration…), 
- symbolique, visant ainsi à se libérer d’une problématique ou d’un blocage, 
- sur un organe (dynamisation, apaisement…)
- sur les émotions (contrôle, désactivation…)
- sur le système nerveux : activation du système parasympathique,
- sur notre état mental (concentration, attention…)
Ces exercices sont habituellement placés en début de séance. Ils constituent un sas nécessaire entre la vie quotidienne et le cœur même de la séance de sophrologie.
Le sophrologue les choisit en fonction de l’objectif du patient ou du groupe. Chaque séance est en effet portée par une intention positive qui oriente le vécu.
 
Les stimulations bilatérales pour la gestion des états de stress et des émotions fortes.
Les exercices dynamiques bilatéraux sont une des particularités de notre école. Ils constituent une adaptation de la technique des mouvements oculaires, l’EMDR. Leur efficacité est démontrée notamment sur l’activation du système parasympathique. De fait, lorsque nous les pratiquons, nous voyons apparaître des bâillements, des soupirs ou des respirations amples qui sont le signe de cette activation du parasympathique.
Ils procurent un apaisement émotionnel et, pour cela, constituent la transition idéale du passage d’un état corporel inconfortable au processus de sophronisation.
 
Le relâchement musculaire : comment se libérer des contraintes liées à la vie moderne, apprendre à maîtriser le stress responsable de nombreuses maladies.
La phase de relaxation musculaire est d’abord une ‘lecture du corps’ (body scan) où le sophrologue propose de percevoir une à une les différentes parties du corps ou groupes musculaires. C’est un moment d’intériorisation corporelle où chacun se centre sur les sensations en provenance des régions du corps citées par le sophrologue. Moment tranquille où l’on accède, sans effort, à un relâchement conscient.
Le sophrologue choisit les mots qui vont guider la personne en fonction de ses attentes. Le corps et l’esprit ne faisant qu’un, le relâchement musculaire entraîne peu à peu une détente mentale. A l’électro-encéphalogramme, on note une prédominance des ondes cérébrales alpha.
 
La relaxation mentale pour puiser en soi-même les ressources nécessaires au changement.
Comme nous l’avons précisé un peu plus haut, la détente mentale est obtenue après une lecture du corps c'est-à-dire la perception détaillée et progressive de chaque zone corporelle. L’abaissement du tonus musculaire favorise l’apparition d’ondes alpha. Nous sommes alors dans le niveau sophro-liminal. Toujours conscient mais plus centré sur nos sensations et sentiments positifs que sur les bruits environnants ou les soucis quotidiens. Plus axé sur des instants présents agréables que sur des images passées ou futures négatives.
Une incursion régulière dans ce niveau sophro-liminal développe en nous l’état de conscience sophronique ou, pour parler plus simplement, un état de sérénité et d’attention paisible.
C’est dans ce niveau de conscience que l’on réalise les activations intra-sophroniques.
 
Les activations intra-sophroniques : découvrir l’impact profond des images et pensées positives sur notre cerveau.
La phase de relâchement musculaire et de détente mentale nous prépare à ce que nous appelons une activation intra-sophronique. Il en existe des formes différentes :
Visuelles. Création d’images mentales positives : préparation à un événement important, paysages, souvenirs…(voir plus loin les visualisations)
Auditives. Evocation de mots ou de phrases : ‘Relâchement’, ‘Je suis calme.’, ‘Confiance en soi’. La répétition intérieure de mots simples et positifs apaise notre cerveau cognitif.
Corporelles. Exercices de stimulation ou de contraction réalisés après la phase de relâchement afin d’accéder à une meilleure sensorialité et plus de détente.
Méditations. Il s’agit comme toujours en sophrologie de méditations laïques. Elles s’appuient sur l’observation du souffle et des pensées parasites. Ces techniques ont désormais fait leur preuve dans le traitement des états dépressifs entre autres (voir plus loin la méditation sophronique).
Gestes-signal (ou auto-ancrage). Ce type d’activation permet d’associer un état interne positif à un geste simple et discret afin de pouvoir accéder à une ressource donnée (calme, relâchement, sérénité, force…) à tout moment de la journée.
 

La visualisation pour activer notre potentiel et nous projeter positivement dans notre futur. Les exercices de visualisation (images mentales) font partie des activations intra-sophroniques. Certaines comme la futurisation ou la sophro-acceptation progressive sont à l’origine du succès et de la notoriété de la sophrologie.
Voici une liste non exhaustives des principales activations : L’affirmation positive, Le sophro-déplacement du négatif, la neutralisation émotionnelle, la sophro-présence immédiate, les 5 sens, la protection sophro-liminal du sommeil, le souvenir d’avenir, la stimulation projective, le sophro-renforcement du positif, la tridimension positive au quotidien, la sophro-correction sériée, la sophro-hypermnésie associative, la sophro-mnésie libre, la sophro-mnésie senso-perceptive, la sophro-substitution mnésique, la sophro-correction existentielle, la sophro-intégration mnésique, la sophro-tridimentionnalité interne, la sophro-mnésie progressive…
Derrière des dénominations un peu complexes se cachent des techniques simples et efficaces qui dynamisent le positif et agissent sur nos 3 paramètres existentiels, le passé, le présent et le futur. 

La respiration pour accéder à un plus grand calme et une maîtrise de nos affects.

Les bienfaits d’une respiration calme et rythmée sont nombreux. En formation, nous insistons particulièrement sur :
- les mécanismes respiratoires, 
- les différentes façons de respirer, 
- l’impact aux niveaux corporel, émotionnel et mental, 
- les études scientifiques menées aux USA. 
La respiration est la seule fonction autonome qui peut être contrôlée. Elle se transforme dès que nous vivons une émotion ou état de stress. Inversement, lorsque nous modifions le rythme, la profondeur ou la localisation de notre souffle, nous agissons sur la qualité de nos émotions. Et notre attention se modifie qualitativement.

La méditation sophronique pour accéder à un sentiment d'unité.
Elle est abordée lors du 3ème degré. Les techniques du 3ème degré s’articulent autour de la pratique méditative. Pour Caycedo, elles renforcent tout le travail réalisé lors des deux premiers degrés. Déjà, dans les années 1970 – à l’époque où la méditation n’était pas encore à la mode – il avait constaté qu’elle permettait aux personnes ayant vécu un état dépressif de consolider leurs acquis (meilleure gestion du stress, diminution de l’angoisse…) et de prévenir leur rechute. Ceci a depuis été démontré aux Etats-Unis avec la thérapie cognitive basée sur la pleine conscience. La méditation telle que nous l’enseignons est véritablement accessible à tous. 
- Elle est d’abord une posture, digne et confortable. En sophrologie nous la pratiquons sur une chaise.
- Elle est associée à une respiration naturelle, tranquille et régulière.
- Elle passe par une observation paisible des processus cognitifs (pensées, images, souvenirs…) qui apparaissent durant la séance.
- Elle procure un relâchement profond qui va bien au-delà de la simple relaxation.

La sophrologie met en avant l'autonomisation du patient. L’enseignement de la sophrologie repose sur ce point particulièrement important. Lorsque le sophrologue reçoit son patient, il lui explique
- L’importance de l’entraînement
- La nécessité d’une collaboration pour parvenir à des résultats positifs plus rapides
- L’impact de son engagement sur le processus sophrologique
- L’intérêt d’une ouverture aux suggestions et conseils de pratique

- L’intention positive de chaque technique proposée
- La finalité de chaque élément de la séance
- Les effets bénéfiques attendus
- Les bases physiologiques et/ou neurologiques
- Les études qui soulignent les bienfaits des exercices proposés

Durant les phases de dialogue qui précèdent et qui suivent la séance proprement dite, le sophrologue devient un pédagogue qui écoute, répond aux questions, informe sans jamais essayer d’interpréter le vécu du patient. Il est néanmoins là pour rassurer et donner des explications suite à un vécu particulier. C’est grâce à cette attitude d’empathie et de respect que le patient ou le groupe vont pouvoir évoluer, avancer et s’approprier la méthode.

Céline TANIER Sophro-relaxologue :

Consultation 1h -  Individuel 50 Euros - En groupe 10 Euros (5 pers minimum) 06 62 88 06 69 - En entreprise : 150 Euros : 1h30

 

"On ne peut rien enseigner à un homme. On peut seulement l'aider à trouver la réponse à l'intérieur de lui-même" - Galilée